Les Bulles de Pitchoun'
Ateliers de bien-être des tout-petits
Émeline Calvet, 31 esplanade Grand Siècle, 78000 Versailles
Téléphone
LA MOTRICITE LIBRE


 
« La liberté motrice consiste à laisser libre cours à tous les mouvements spontanés de l’enfant, sans lui enseigner quelque mouvement que ce soit. » Emmi Pikler
 
Une pédagogie d'Emmi Pickler
 
Le concept de motricité libre a été développé par Emmi Pickler, pédiatre et psychopédagogue hongroise dans les années 1960.
Forte de sa formation clinique et de sa propre expérience en pouponnière, Emmi Pickler va démontrer que, lorsque l'adulte laisse l'enfant se déplacer librement et à son propre rythme, celui-ci acquiert son développement moteur tout à fait naturellement et dans un ordre précis.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La motricité libre consiste ainsi à laisser libre cours à tous les mouvements spontanés de l'enfant sans les lui enseigner. Elle se base sur l'idée que les contraintes empêchant l'enfant de bouger ainsi que les incitations trop précoces à accomplir des gestes non maîtrisés par l'enfant retardent son développement et son autonomie.
 
En pratique, la mise en place de la motricité libre se traduit par une attitude réfléchie de l'adulte ainsi qu'un environnement riche, varié, adapté et sécure.
 
L'adulte, un observateur bienveillant
 
L’adulte va être un accompagnant bienveillant : il verbalise à l’enfant ce qu’il vient de réaliser, l’encourage et le félicite mais ne fait pas à sa place. Il porte ainsi un regard attentionné sur l’évolution de l’enfant afin de lui permettre de développer un sentiment d'accomplissement et de sécurité.
 
Les principes de la motricité libre
 
  • Une bonne installation de l'enfant
Lors des moments d'éveil, une fois que l'enfant a reçu tous les soins nécessaires à son bien-être, il est installé au sol, sur un tapis dur, sur le dos.
Dans cette position, la moins fatigante pour lui, l'enfant peut découvrir son environnement, expérimenter ses sentions et s'adonner à ses expériences motrices.
Afin de laisser l'enfant faire ses acquisitions à son rythme et de manière autonome, l'utilisation d'accessoires tel que le transat, le trotteur et le portique sont à éviter. Par ailleurs, l'adulte ne va pas contraindre l'enfant à une position dans laquelle il ne sait pas se mettre tout seul.
 
  • Une tenue vestimentaire adaptée
Les vêtements de l'enfant doivent être souples et amples pour ne pas entraver les mouvements de ce dernier. Ses pieds, nus, pourront mieux ressentir les différentes textures de sols et pourront s'aggriper (les doigts de pieds se recroquevillent) facilitant ainsi les déplacements sécures de l'enfant. 
Lorsque le sol devient froid, l'hiver par exemple, ou qu'il est dangereux (cailloux, bitume...) des chaussons/chaussures souples qui permettent aux pieds de prendre toute leur largeur, de s'aggriper et de se plier sans contrainte seront privilégiés.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  • Des jeux à disposition
L'enfant doit pouvoir trouver autour de lui des jeux adaptés (taille, couleur, texture, poids) en fonction de son développement. Ni trop loin, ni trop près, à juste distance pour inciter le déplacement. Ni trop, ni trop peu, juste assez pour susciter l'intérêt.
 
L'infographie ci-dessous reprend les différents principes de la motricité libre ainsi que les bons gestes à adopter au quotidien.